Projets de recherche en cours

Les changements cérébraux associés à la récupération clinique dans l’aphasie résultant d’un accident vasculaire cérébral: une étude longitudinale

AF

On estime qu’au Canada plus de 50,000 personnes souffrent annuellement d’un accident vasculaire cérébral, soit une personne chaque 10 minutes, ce qui est appelé à augmenter avec le vieillissement de la population.  De ceux qui survivent, 25 à 40% présenteront une aphasie. La présence d’aphasie constitue une des atteintes cognitives les plus dévastatrices d’un AVC. Elle est associée à des niveaux plus élevés de colère, de solitude et d’isolement social et à de plus grandes difficultés à reprendre des activités significatives de la vie quotidienne (ex. le retour au travail).

L’objectif de l’étude est d’utiliser des techniques sophistiquées d’imagerie cérébrale par résonance magnétique (IRM) afin de mettre en évidence les changements dans le cerveau capables de prédire l’évolution des troubles de langage expressif et réceptif chez les patients qui ont eu un accident vasculaire cérébral (AVC).

Pour la réalisation de ce projet de recherche, nous comptons recruter environ 45 participants, hommes et femmes, âgés de 18 et plus présentant des troubles du langage secondaires à un AVC, 45 participants, hommes et femmes, âgés de 18 et plus ne présentant pas de troubles du langage secondaires à un AVC et 45 participants sans AVC pour fin de comparaison.

Nous sommes actuellement à la recherche de participants contrôles âgés de plus de 65 ans et ne présentant pas de troubles du langage pour participer à ce projet de recherche.

Pour plus d’informations, contactez laboaphasie@gmail.com ou appelez-nous au 514-338-2222 poste 7710.

Projet mené conjointement avec Dre Simona Maria BrambatiCe projet est financé par une subvention de Heart and Stroke Foundation

Le discours comme mesure d’évolution et de prédiction des habiletés langagières suite à un accident vasculaire cérébral : une étude longitudinale

Nombreux sont les patients qui éprouvent des atteintes des habiletés langagières et/ou communicationnelles suite à un accident vasculaire cérébral (AVC). En effet, un survivant sur trois sera atteint d’aphasie, un trouble du langage qui affecte la capacité à parler, comprendre le langage, écrire ou lire. Une proportion similaire de patients présentera un trouble de la communication suite à une lésion de l’hémisphère droit. Il est donc nécessaire de rapidement procéder à une évaluation de la communication, mais les ressources actuellement disponibles en phase hyperaigüe sont limitées. Elles requièrent généralement trop de temps ou ne sont pas adaptées à une clientèle francophone. Récemment, plusieurs équipes de recherche se sont intéressées à l’utilisation de tâches de discours dans l’évaluation langagière dès l’admission du patient en centre hospitalier. L’objectif principal de ce projet longitudinal est donc de documenter l’évolution des habiletés de discours suite à un AVC, et d’identifier si ces mesures peuvent prédire la récupération langagière à long terme. À cette fin, cent (100) patients ayant subi un AVC seront recrutés et passeront des évaluations langagières dans quatre phases suite à l’AVC (< 24 heures, 48 – 72 heures, 9 – 14 jours et > 6 mois post-AVC). Cinquante (50) personnes n’ayant pas subi un AVC seront également évaluées et constitueront un groupe contrôle. Ce projet est financé par subvention Heart and Stroke Foundation ainsi que par la subvention d’établissement du chercheur boursier Junior 1 de Karine Marcotte. Projet mené conjointement avec Dre Simona Maria Brambati.

a l interieur adulte amis communication
Photo de Christina Morillo sur Pexels.com

Pour plus d’informations, contactez laboaphasie@gmail.com ou appelez-nous au 514-338-2222 poste 7710.

Ce projet est financé par une subvention de Heart and Stroke Foundation et la subvention d’établissement du chercheur boursier Junior 1 de Karine Marcotte du Fonds de recherche Québec – Santé.

Efficacité de la rééducation « effet miroir » dans la paralysie de Bell aigue : Une étude de faisabilité

smile_t20_8kGl0g

La paralysie de Bell est la plus fréquente des paralysies faciales périphériques. Lorsqu’il n’y a pas de récupération spontanée, on voit s’installer des séquelles faciales qui entravent la parole, les mimiques (dont le sourire) et la déglutition. Ceci a un impact considérable sur la qualité de vie et l’estime de soi des patients qui en souffrent. Dans certains pays, tels que la France ou les États-Unis, une rééducation faciale est alors souvent proposée, dans le but de minimiser l’installation des séquelles faciales nommées ci-haut. Ce type d’intervention demeure cependant méconnu et peu utilisé au Québec.

Dans le présent projet de recherche, nous voulons étudier la faisabilité d’une étude  visant à analyser l’efficacité d’une rééducation faciale nommée « Protocole Effet Miroir Plus ». Cette rééducation faciale sera combinée à des conseils généraux donnés par l’orthophoniste et le traitement pharmacologique recommandé actuellement au Québec et comparé à une intervention avec l’orthophoniste constituée de conseils généraux combiné à un traitement pharmacologique standard. Projet mené conjointement avec Sarah Martineau, étudiante au doctorat, et Dr Akram Rahal.

Le recrutement pour ce projet de recherche est maintenant terminé, mais l’étude n’est pas encore terminée puisqu’il s’agit d’une étude longitudinale et plusieurs participants n’ont pas encore terminé leur participation.

Pour plus d’informations, contactez  sarah.martineau.sm@gmail.com ou appelez-nous au 514-338-2222 poste 7710.

Ce projet est financé par une subvention du partenariat OOAQ-REPAR et la subvention d’établissement du chercheur boursier Junior 1 de Karine Marcotte du Fonds de recherche Québec – Santé.

%d blogueurs aiment cette page :